BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

Pour les universités, mission Chine 2005 accomplie.

Montréal, le 29 septembre 2005 - Les 15 représentants universitaires au sein de la Mission Chine 2005 reviennent au Québec avec le sentiment d’avoir pleinement atteint leurs objectifs : faire connaître la qualité du système universitaire québécois, tant au plan de l’enseignement que de la recherche, consolider des ententes existantes - qui sont nombreuses, plus d’une cinquantaine - et en développer de nouvelles. Ces ententes portent notamment sur les mobilités étudiante et professorale, dans les deux sens, de même que sur la recherche.

« L’intérêt des partenaires chinois est indéniable, et l’on retrouve parmi eux certaines des meilleures universités de Chine. Cet intérêt a pu s’exprimer à l’occasion de deux séminaires, qui ont attiré près d’une centaine de participants à Beijing et plus d’une centaine à Shanghai. Il s’est aussi manifesté à l’occasion des séances de maillage qui ont été tenues dans les deux villes et qui ont attiré de très nombreux universitaires chinois », de déclarer monsieur Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l’UQAM.

Pour compléter le portrait, il faut mentionner les visites de plusieurs universités chinoises et la participation aux nombreux événements réunissant l’ensemble des participants à la mission. Tout cela, à l’intérieur de deux journées dans chacune de ces villes, plus une autre à Jinan pour certains membres de la délégation universitaire québécoise.

Par ailleurs, les universités se réjouissent du renouvellement, entre le ministère de l’Éducation de la République populaire de Chine et le gouvernement du Québec, de l’Entente dans le domaine de l’éducation et de la formation, qui prévoit l’octroi de bourses de part et d’autre. Elles accueillent aussi avec satisfaction la signature, par les deux parties, d’un Protocole de coopération portant sur la reconnaissance des études et des diplômes, qui encourage la reconnaissance des acquis académiques entre les deux systèmes.

« Le système universitaire chinois est considérable et en pleine évolution. C’est pourquoi il faudra cibler nos actions à l’égard de ce système en fonction de nos forces, de nos complémentarités et de nos intérêts respectifs. Mais, face au choc ressenti à l’occasion de cette mission brève, mais intense, un temps d’évaluation s’impose, afin de voir comment assurer la pérennité et le développement des relations existantes, et surtout pour élaborer une stratégie pour la suite des choses », de conclure monsieur Denis.

Pour information :

Jacques Bordeleau

Directeur général

514 288-8524, poste 201