BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

Deuxième hausse marquée des inscriptions dans les universités québécoises

Montréal, le 7 octobre 2010 – Les établissements universitaires québécois ont connu, pour une deuxième année consécutive, une hausse marquée dans le nombre total d’inscriptions (3,8 % en 2009 et 3,7 % en 2010).

Au trimestre d’automne 2010, 278 012 étudiantes et étudiants se sont inscrits dans les universités québécoises. De ce nombre, 188 843 l’ont fait à temps plein et 89 169 à temps partiel.

« Cette forte hausse dans le nombre d’inscriptions indique, entre autres, l’importance qu’accordent les étudiants à la formation universitaire et ils ne sont d’ailleurs pas les seuls à valoriser l’enseignement universitaire. Dans le cadre d’un récent sondage, réalisé par Léger Marketing en partenariat avec la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, les entreprises interrogées ont indiqué leur très grande satisfaction à l’égard de la qualité de l’enseignement et de la recherche universitaires et de l’employabilité des diplômés », a indiqué le président du Conseil d’administration de la CREPUQ, monsieur Denis Brière, recteur de l’Université Laval.

« Le nombre grandissant d’inscriptions témoigne de l’intérêt que portent les étudiants aux études universitaires. Il est de notre devoir de poursuivre nos efforts pour offrir aux étudiantes et aux étudiants une formation universitaire de qualité répondant aux plus hautes normes internationales. Pour ce faire, les universités ont besoin d’être appuyées par la collectivité et d’avoir les ressources nécessaires de façon à contribuer davantage au développement économique, social et culturel du Québec », a pour sa part mentionné monsieur Daniel Zizian, président-directeur général de la CREPUQ.

Le nombre de personnes inscrites pour la première fois dans un établissement universitaire au premier cycle à temps plein est également en hausse de 5,0 %, ce qui aura un impact positif sur le nombre total d’inscriptions des prochaines années.

Parmi les éléments pouvant expliquer ces nouvelles augmentations, on peut souligner, entre autres, l’implantation de nouveaux programmes ainsi que l’importance grandissante de la formation continue. On doit également noter que les mesures de persévérance et de réussite aux études mises sur pied au cours des dernières années par les établissements continuent à porter leurs fruits.

La hausse des inscriptions dans les universités québécoises constitue une excellente nouvelle pour le Québec qui accuse toujours un retard par rapport à l’Ontario au niveau du taux de scolarisation universitaire de sa population, et ce, même en tenant compte des grands progrès accomplis au cours des dernières décennies.

Données préliminaires relatives aux inscriptions au trimestre d’automne 2010

La clientèle étudiante inscrite à temps plein est en hausse de façon importante (4,2 %), et ce, à chacun des cycles d’études (4,4 % au 1er cycle, 3,2 % au 2e cycle et 3,4 % au 3e cycle). En ce qui a trait au temps partiel, on observe aussi une augmentation (2,9 %) du nombre d’inscriptions, attribuable surtout aux études de 2e cycle.

Autre constat observé au cours des dernières années, celui de la présence des femmes à l’université. Elles comptent cette année pour 57,7 % des effectifs totaux, soit 56,2 % à temps plein, et 60,9 % à temps partiel. Elles représentent 58,5 % des inscriptions au premier cycle, 56,7 % au deuxième cycle et 48,4 % au troisième cycle. Enfin, les femmes représentent 57,9 % des nouvelles personnes inscrites à temps plein au premier cycle. On constate donc que la présence des femmes au premier et au deuxième cycle est majoritaire, bien que leur pourcentage à ces cycles d’études demeure relativement stable depuis les dernières années. Toutefois, on observe une progression constante de leur présence au troisième cycle d’études.

Pour une première fois, dans le cadre de la collecte de données préliminaires relatives aux inscriptions au trimestre d’automne, les établissements universitaires ont procédé à une collecte de données sur les étudiants étrangers. Les données montrent que l’on compte à l’automne 2010, 25 877 étudiants étrangers inscrits dans les universités québécoises, soit une augmentation de 5,4 % comparativement à l’automne 2009. Les hausses sont de 3,4 % au 1er cycle et elles sont encore plus marquées au 2e (7,3 %) et au 3e (12,4 %) cycle. Toutefois, la part des étudiants étrangers dans l’ensemble de la population étudiante est demeurée plutôt stable par rapport à l’an dernier, soit un peu plus de 9,0 %.

C’est ce que révèlent les données préliminaires sur les inscriptions en provenance des établissements universitaires, à l’exclusion de celles de la Télé-université qui ne participe pas à la collecte en raison du caractère continu de son processus d’inscription.

Pour déterminer les causes précises des variations de clientèles, il faut se référer à chacun des établissements, car la situation est très variable d’un établissement à l’autre. L’ensemble des données ventilées par établissement ainsi que les définitions des concepts utilisés dans le cadre de la collecte de données sont disponibles sur le site Internet de la CREPUQ à l’adresse : www.crepuq.qc.ca/spip.php ?article102&lang=fr.

La CREPUQ regroupe les établissements universitaires du Québec. Elle agit comme porte-parole auprès du gouvernement et des milieux intéressés par l’enseignement et la recherche universitaires. Elle est également un outil de coordination et de concertation entre les universités, un centre de recherche au service des administrations universitaires, un agent coordonnateur de services communs, ainsi qu’un centre de ressourcement et de réflexion pour ses membres.

– 30 –

Source :
Chantal Pouliot, directrice des communications
Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec
514 288-8524, poste 244