BCI - Bureau de coopération interuniversitaire (anciennement connu sous le nom de « Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec » CREPUQ)

Accueil » Archives

Médecins diplômés à l’étranger : des discussions fructueuses, des pistes d’action commune

Montréal, le 29 avril 2008 – Les quatre universités québécoises dotées d’une faculté de médecine font un bilan positif des discussions récemment menées avec la ministre de l’Éducation du Loisir et du Sport, madame Michelle Courchesne, et le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Philippe Couillard, au sujet de l’admission et de l’encadrement des médecins diplômés à l’étranger.

Il convient de rappeler que 68 candidats diplômés hors du Canada et des États-Unis (DHCEU) sont admis dans le contingent régulier en 2008, soit 14 de plus que l’année dernière, et un sommet historique. Près de 50% des candidats à l’admission au Québec cette année ont été admis, un taux qui est deux fois plus élevé que le taux de succès des candidats DHCEU dans les autres provinces.

Il a été convenu avec madame Courchesne et monsieur Couillard de travailler intensivement à optimiser le processus d’entrée en résidence, et d’accorder une attention particulière à la médecine familiale.

Dans l’immédiat, les dossiers des candidats DHCEU qui n’ont pas été admis cette année seront analysés de nouveau, de façon à s’assurer que, malgré toute la rigueur qui caractérise le processus d’admission en résidence, aucun candidat répondant aux critères des programmes de formation médicale postdoctorale n’ait été laissé de côté.

Il a été décidé qu’à compter de l’admission en résidence 2009, tous les candidats à l’admission en médecine familiale seront convoqués en entrevue, qu’ils soient DHCEU ou diplômés du Québec ou d’ailleurs au Canada.

Les autorités gouvernementales et les universités se sont entendues pour rendre disponibles diverses ressources pour assurer la meilleure évaluation possible des dossiers de candidature, mais surtout pour accroître significativement le taux de diplomation en résidence de ces clientèles, ce qui devrait se traduire par un plus grand nombre de médecins en pratique à moyen terme.

Tous ont convenu de travailler rapidement et en étroite collaboration afin de maximiser les actions collectives pour réduire les problèmes liés aux effectifs médicaux dans le respect des prérogatives propres à chaque intervenant concerné, la préoccupation de maintenir une formation médicale de haute qualité étant à l’avant-plan de ces démarches. Un souci d’équité entre les candidats diplômés du Québec, du Canada ou d’ailleurs doit être en tout temps maintenu.

« Il est très important pour nous, de dire le Dr Guy Breton, vice-recteur exécutif à l’Université de Montréal et président du Comité des affaires médicales de la CREPUQ (MEDU), que nos efforts se fassent en partenariat. Nous nous réjouissons de voir que les deux ministres sont prêts à nous épauler dans la gestion à long terme de ce dossier exigeant ».

Pour sa part, le président de la Conférence des doyens des facultés de médecine, le Dr Richard Levin, doyen de la faculté de médecine de l’Université McGill, a réitéré la volonté maintes fois exprimée des facultés de médecine du Québec de contribuer, dans toute la mesure de leurs moyens et dans le respect de leurs compétences propres, à la formation de médecins de haute qualité pour le Québec. « Sans sacrifier la qualité de la formation, nous ne ménagerons pas les efforts pour que l’arrivée sur le marché du travail des médecins dont le Québec a besoin soit assurée », de conclure le Dr Levin.

-30-

Pour information :
Michel Giguère
Chargé de recherche principal
514 288-8524 (poste 208)